LA CHAPELLE SAINT-MICHEL

Par Jean Barros   historien

Cette chapelle est mentionnée dans le Livre Noir du diocèse de Coutances ( deuxième moitié du XIIIème siècle ); à l’époque, elle n’était pas dotée et n’avait donc pas revenus propres. Cet édifice fut probablement la chapelle de l’hôpital desservi par les moines du prieuré, jusqu’au début du XIIIème siècle au plus tard. L’éxistence d’un cimetière réservé spécialement aux malades est attesté dans le Livre des Fieux du prieur Jean Vincent, rédigé au milieu du XVème siècle:  » le cimetière ès malades «  y est cité plusieurs fois, il était distinct du cimetière paroissial ( situé au chevet de l’église Notre-Dame de Portbail ) et les descriptions de sa situation permettent de le placer sur le terrain de  » La Pièce Saint-Michel  » figurant sur le plan cadastral de 1819.

imgph029       " La Pièce Saint-Michel ", vue du clocher de Notre-Dame,
                        début du XXème siécle.

   Selon toutes probabilités, la chapelle Saint-Michel devait se trouver sur le terrain où, en 1956, ont été découverts les restes d’un édifice, entouré d’une nécropole, fouillé par M. Michel de Boüard, doyen de la Faculté des Lettres de Caen, et reconnu depuis comme étant ceux d’un baptistère paléo-chrétien.

Cette chapelle était à l’abandon à la fin du XVIIème siècle. En 1671, l’archidiacre du Bauptois la trouva sans portes ni serrures, pleine d’ordures, en état de profanation.  En 1697, l’archidiacre ordonna de réparer la couverture de cette chapelle; autrement il serait procédé à sa démolition et les pierres et matériaux seraient employés à réparer l’église Notre-Dame et la clôture du cimetière paroissial. La démolition eut lieu vraisemblablement au cours des premières années du XVIIIème siècle. En 1716, l’archidiacre constate que les réparations de l’église, demandées en 1697, ont été faites mais il n’est pas précisé, dans les procès-verbaux des visites archidiaconales, que les matériaux provenant de la démolition de la chapelle Saint-Michel aient été utilisés. L’édifice ne figure pas sur le cadastre de 1819, il était disparu depuis un siècle. Une partie de l’ancien  » cimetière ès-malades «  servit de cimetière communal de Portbail, de 1824 à 1910.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s