LA CHAPELLE SAINT-SIMEON


Par Jean Barros   historien

   Elle existait déjà à la fin du XIIème siècle-bien que ses parties les plus anciennes ne semblent pas remonter au-delà du XIVème siècle-puisqu’à cette époque elle servait au culte parroissial pendant la semaine ( Livre Noir de l’évêché de Coutances ). Cette chapelle est dédiée à Saint-Siméon le Stylite, ou l’ancien, au haut d’une colonne dans l’isolement le plus complet, à la vie contemplative, la prière et l’exhortation des foules. Il mourut en 459 à Antioche.

moyen-age-2792

   Au XVIIème siècle, elle était entretenue par les Rossignol, sieurs de La Valette, et était administrée par le curé de N.D. de Portbail comme chapelle succursale. Tous les dimanches et  » fêtes d’apôtres « , on y disait les matines, la messe et les vêpres. Dès le début du XVIIème siècle, elle était comme nous l’apprend une Bulle du Pape Paul V, sous le vocable de Saint-Siméon. Les confrères bénéficiaient de nombreuses indulgences, en contrepartie, ils devaient assister aux offices dans la chapelle, visiter les malades et ensevelir les morts.

img043b


La chapelle fut mise en vente comme bien national d’origine ecclésiastique en 1791; elle fut acquise le 11 août par M. Saillard, habitant l’Hôtel Maurin. Elle fut à nouveau ouverte au culte en 1804. Au XIXème siècle, la fête de Saint-Siméon était célébrée le 5 janvier de chaque année. Le lundi de Pentecôte, il y avait office religieux, assemblée et fête locale. Les marins du pays y venaient en pélérinage le dimanche et le lundi de Pentecôte. On y venait en procession aux rogations et les cultivateurs y venaient demander la cessation des pluies et la disparition du  » ta «  ou ver blanc ( larve du hanneton ); enfin, Saint-Siméon était invoqué pour la guérison de l’eczéma et des verrues plantaires. La tradition est encore bien respectée le lundi de Pentecôte et la chapelle est entretenue par les habitants du voisinage.

C’est un édificice de plan rectangulaire, à chevet plat, appuyé par des contreforts. Le pignon ouest est surmonté d’un petit campanile abritant une cloche qui porte l’inscription suivante:

 » FUS NOMMEE LORESE PAR NOBLE HOMME LORENTS DE                                                                      PIERREPONT.1567.
CURE DE PORBAS.M.MARTIN LECHEVALLIER.M.IAN DUVAL « 

CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0007                               Campanile.

   Un petit bâtiment faisant saillie du côté sud est éclairé par une grande fenêtre en tiers-point surmontée d’une large accolade. Cette construction date de la fin du XVème siècle ou plus probablement du début du XVIème siècle; le cadran solaire, placé en haut du pignon porte le nom de N. Lemoigne et la date de 1533. Sur le mur sud, on voit une rosace en pierre calcaire.

CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0003
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0093
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0006                            Cadran solaire.
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0094                                Rosace.

   L’intérieur est couvert d’une voûte en bois à charpente apparente: les trois fermes et la sablière datent de 1567; une inscription est peinte sur l’entrait de la première ferme ( elle n’est pas lisible en totalité ):

 » 1567 … QU’IL SE PEUT TROUVER … CE PENDANT QU’IL … « 

CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0011
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0012

   L’autel et le retable datent de la fin du XVIIème ou du début du XVIII siècle. Trois statues ornent la chapelle: sur le mur nord de la nef, Saint-Siméon ( bois, XVème / XVIème siècle ), Saint-Martin en évêque ( pierre calcaire, XVème siècle ), une Piéta ( pierre calcaire, fin XVème siècle ). Le bénitier date probablement de la fin du XVIème siècle.

CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0013
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0008                            Saint-Siméon.
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0010                             Saint-Martin.
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0009                                 Piéta. 

   Dans l’enclos de la chapelle, le calvaire est constitué d’une crucificxion du XVIIème siècle, portant sur la face est l’image de Saint-Siméon sur sa colonne et l’inscription  » Saint-Siméon Stylite « ,montée sur un socle apporté en 1823. Ce calvaire aurait été mutilé pendant la Révolution: un révolutionnaire le renversa en y attachant une corde et prenant point d’appui sur un arbre du voisinage. La légende rapporte que l’auteur de cet acte de vandalisme fut soumis jusqu’à la fin de ses jours à une maladie nerveuse qui se manifestait par un tremblement continuel de la tête.

CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0016
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0015                  Fenêtre en lancette, XIVème siècle.
CHAPELLE-SAINT-SIMEON-0014                              Façade nord.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s