DERNIERES PUBLICATIONS EN COTE DES ISLES / 2011

BIBLIOGRAPHIE


    Jacques Lechevalier: Port-Bail le sourire du Cotentin, 264 pages, nombreuses illustrations, Auteurs du Cotentin, 2011. 29€90.


    Jacques Lechevalier: Terre et Mer en Côte-des-Isles ( Sud ), 167 pages, nombreuses illustrations, Auteurs du Cotentin, 2011. 23€.


    L’intérêt des ces deux livres réside dans la publication de cartes postales provenant de la collection des Archives départementales de la Manche ( série 6 Fi ) et, pour le plus grand nombre, de collections particulières. Cela n’a rien d’original, l’édition de livres de cartes postales est très à la mode depuis plusieurs années.

    Pour le reste, la lecture des deux livres de M. Lechevalier suscite quelques remarques.

    En ce qui concerne les parties historiques, pour qui connait les travaux publiés à ce jour sur le sujet, il est clair que «  l’auteur  » a puisé allègrement dans les publications de ses prédécesseurs, passant allègrement sur les lois de la propriété intellectuelle et du copyright. Ainsi, ces deux livres n’apportent rien de neuf à l’Histoire locale.

    Le travail d’historien, fût-il historien local, exige de multiples connaissances à propos de l’Histoire et de ses sciences auxiliaires. Il nécessite des dépouillements d’archives longs et minutieux dont l’ « auteur » s’est visiblement dispensé compte-tenu de l’ampleur de sa « production historique » depuis quelques années.

    L’indigence de la bibliographie et des sources est remarquable.

    Sans doute, M. Lechevalier se défendra-t-il en répondant que son but n’est pas de faire oeuvre d’historien.

    S’il est évident que l’Histoire n’est pas une « science exacte » et qu’une erreur est toujours possible, il n’en demeure pas moins que ces deux livres fourmillent de trop d’erreurs. Par exemple, dans les 22 pages consacrées à Saint-Georges-de-la-Rivière, on relève pas moins d’une dizaine d’erreurs.

    Au gré des pages, on découvre de multiples perles dignes de figurer au « bêtisier des spécialistes ». Quelques unes parmi bien d’autres:

    Jusqu’en 1204, Olonde n’a pas appartenu aux « Sieurs de Canville  » et pas plus épisodiquement aux Harcourt, mais aux Magneville.

Après 1204, on trouve les Argences, Paisnel, Villebois de Mareuil et Bouchard d’Aubeterre.

Olonde entre dans l’apanage des Harcourt seulement en 1520.

    Les canons du château d’ Omonville-la-Folliot ne sont pas « des bombardes, petits canons qui semblent dater de la guerre de Cent Ans », mais des pièces d’artillerie réglementaires du milieu du XVIème siècle ( 1/8ème de couleuvrine et fauconneau ). Le château a appartenu aux EUSTACHE ( ou EUSTACE ) puis aux LEMOUTON de CARMESNIL, puis aux QUENAULT de LA GROUDIERE jusqu’en 1937.

    Le château du Breuil à Denneville, tel qu’on peut le voir aujourd’hui, a été totalement reconstruit en 1787, modifié en 1861, puis encore en 1876 et ne date pas, à part quelques maçonneries ( deux murs de refend ) «  du XVIe-XVIIe siècle ».

    A Fierville-les-Mines, le vieux presbytère situé près de la Caucharderie n’a pas été « un Prieuré de Jacobins » et il n’y a pas de « cellules monastiques ». L’escalier central et le couloir desservant les pièces de l’étage sont une disposition classique dans les édifices de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les presbytères éloignés des églises ne sont pas une rareté; citons le vieux presbytère du Mesnil, celui de Saint-Jean-de-la-Rivière, le prieuré-cure de La Taille à la Haye-d’Ectot, le vieux presbytère de Baubigny, etc…

    A Saint-Georges-de-la-Rivière, la chapelle du manoir de la Rue Marquand n’existe que dans l’imagination des informateurs de M. Lechevalier.

A l’église, il y a bien longtemps que le « magnifique bas-relief en pierre de Saint-Georges terrassant le dragon à cheval » ( Sic !) a rejoint la chapelle sud. A Caillemont, le 4 juillet 1944, Patton n’a pas pu lever « son verre à la réussite de l’opération Overlord » pour la bonne raison qu’il était encore en Angleterre ce jour là, à moins qu’il ait été doué du don d’ubiquité… !

    Au Hameau-au-Bel ( Portbail ), il n’y a eu de chapelle que dans l’imagination des informateurs de M. Lechevalier. La présence d’un « lavabo » dans une maison n’est pas la preuve de l’existence d’une chapelle. Pas de chapelle non plus au « manoir de Rucqueville ».

    Au XIVeme siècle, « le château du Dick » ( Portbail) ne dominait pas « du haut des landes, les vallées de « le Gris » ( sic ! ) ou la « Grise » … » pour la bonne raison qu’il se trouvait à la Rivière, au bord du havre … ! Je ne savais pas que « le manoir du Dick fut acquis en 1741 par Henri-Auguste Hellouin … » personnage inconnu dans la généalogie de la famille !

On écrit Dicq et non pas Dick !

    Je ne savais pas non plus que les ex-voto trouvés à la source de Lanquetot étaient des « exodes » ! et que les Anglais ont occupé le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte jusqu’en 1643 ! ( livre sur Portbail, page 50 ).

    En 1944, le combat du Hameau Jacquin a eu lieu à l’aube du 18 juin et non pas la nuit du 16 au 17. Les tentatives de franchissement de la Scye par des éléments de la 77ème D.I. ( colonel Bacherer ) ont également eu lieu à l’aube du 18 juin. Les Géorgiens des «  Ostbataillon  » rattachés aux divisions de la Wehrmacht n’ont rien à voir avec « l’Armée de Vlassov ».

    Le summum des perles du bêtisier est atteint dans les chapitres: Topographie, Histoire ( de la Préhistoire au Moyen-Age, l’invasion des Vikings, les origines de Portbail ( livre sur Portbail ). Par exemple, la carte de la page 10 ( Topographie ancienne des côtes du Cotentin ) est une copie par Quenault de la carte de Deschamps-Vadeville dont la fausseté a été établie en 1881 par le chanoine Pigeon. Les études géomorphologiques ont montré depuis longtemps que la séparation des îles et du Cotentin n’a rien à voir avec le prétendu cataclysme de 709, mais qu’elle est due à la remontée des niveaux marins suite à la transgression flandrienne ( réchauffement du globe et fonte de l’inlandsis de Würm ). Il y a 8500 ans environ que les Iles « se sont détachées » du continent. M. Lechevalier a copié les écrits des auteurs du XIXe siècle, maintes fois plagiés depuis, qui n’ont plus aucune valeur scientifique aujourd’hui et qui restent à ranger au « rayon des curiosités » des bibliothèques.

    Restons-en là, il y aurait encore beaucoup à dire.

    Maintenant, chacun est libre d’acquérir ou non les deux livres de M. Lechevalier et nous attendons la publication de « Terre et Mer en Côte-des-Isles ( nord )  » qui, nous n’en doutons pas, sera de la même veine que les précédents.

    Nous attendons aussi avec impatience: « Dans la tourmente », ouvrage dans lequel l’auteur traitera, entre autres sujets, de « la séparation de ( sic ! ) l’église et de l’Etat ».

    Des ouvrages plus sérieux ont déjà été publiés sur l’histoire et le patrimoine de la Côte-des-Isles. Il y en aura d’autres, fruits du travail des archéologues du Service Régional de l’Archéologie, de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, du Groupe de Recherches Archéologiques du Cotentin et de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche.

    Ce qui est pour le moins regrettable et navrant, en l’ occurrence, c’est que des livres fantaisistes tels que ceux de M. Lechevalier prennent, auprès des lecteurs peu avertis et de bonne foi, la place des publications issues des recherches d’archéologues et d’historiens compétents, qu’ils soient professionnels ou amateurs reconnus par leurs pairs, rendant par là même impossible leur diffusion auprès du public.

                                                                                                           Jean Barros

                                                                                                           18 juillet 2011

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s