LES INFOS du 4 / 8 / 2016

Chers collègues,

Faute de participants (3 inscrits), notre sortie prévue le 30 juillet à Regneville sur Mer a été annulée.
Ce n’est que “partie remise”.

Nous vous rappelons que cette année, il n’y a pas eu de fouilles archéologiques à Valognes, donc pas de visite de chantier !

Visite de chantier archéologique :

Le jeudi 11 août : journée porte ouverte au chantier archéologique du Rozel (Paléolithique moyen – env . -80 000 ans )

  • Visite du chantier archéologique (Cap du Pou)
  • Visite d’une exposition, salle de l’avenir à Surtainville
  • Conférence de Dominique Cliquet, à 20h30, salle polyvalente de Surtainville.


Pour ceux qui ne seraient pas disponibles :
Jeudi 18 aout – après-midi : de nouveau visite du chantier (réservé membres du GRAC, leurs familles et amis) et visite de l’exposition (pas de conférence cette fois-ci)
Inscription obligatoire par retour de mail


Projets :

Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine de pays, canton de Beaumont-Hague, nous recherchons des membres susceptibles de s’impliquer dans l’inventaire des ex-votos et des calvaires. Si certains d’entre-vous sont intéressés, merci de nous en faire part par retour de mail.


Animation au musée de Vieux-la-Romaine : 7 août 2016 :

Une plongée dans la musique antique : c’est ce que vous propose Vieux-la-Romaine le dimanche 7 août après-midi.

Avec Christophe, spécialiste des syrinx ou flûtes de pan de l’Antiquité, observez les différentes étapes de fabrication d’une syrinx en argile et réalisez votre propre petit modèle à 5 tuyaux !

Au fil de contes découvrez de jolies histoires musicales tirées de la mythologie et apprenez à reconnaitre les différents instruments de musique de l’Antiquité.

Dimanche 7 août de 14 h à 17 h
Animation inclue dans le prix d’entrée du musée
Sans réservation

Vieux-la-Romaine, musée et sites
Route de Feuguerolles
14930 Vieux
Tél. : 02 31 71 10 20
Mèl : vieuxlaromaine@calvados.fr


Exposition à Tatihou ( https://www.manche.fr/tatihou/evolution%20trait-cote-expositions-musee-tatihou-normandie-50.aspx)

Ne manquez pas l’exposition :

Deux expositions sous le titre générique : “La mer déborde… Mais ça n’date pas d’hier !” du 28 mai 2016 au 1er novembre 2017 :

  • Quand la Manche ne sera plus qu’un fleuve : La Manche, c’est quoi ?


Aujourd’hui, nous la connaissons comme une mer côtière de 500 kilomètres de long, profonde de 54 mètres en moyenne. Au fil des siècles et même des millénaires, elle a cependant souvent changé d’aspect.

Depuis environ 3 millions d’années, selon un cycle de 100 000 ans, elle n’a été qu’un simple fleuve ou, au contraire, a inondé nos basses terres. Si cette variation du niveau des mers impacte les activités humaines, elle est également responsable de modifications géographiques profondes et se révèle être un facteur important de l’évolution de la diversité biologique.

L’exposition présente les différents mécanismes responsables de cette évolution du trait de côte. Qu’ils soient astronomiques, géologiques, climatiques ou anthropiques, leur interdépendance n’est pas encore bien comprise.

Quelques conseils vous indiquent également comment faire pour éviter que l’activité humaine n’empiète trop sur l’évolution naturelle. Manche numérique a réalisé spécialement pour l’exposition une maquette en volume de la mer de la Manche, éclairée par une projection vidéo. Vous y découvrirez les grandes étapes du va-et-vient de l’eau dans cette région.

Un panneau évoque même ce que serait Tatihou d’ici un siècle.

Quelques uns des thèmes abordés dans l’exposition sont : les différents faciès littoraux, les facteurs naturels d’évolution du trait de côte, l’impact de l’homme sur le climat, les moyens de protection du littoral, le programme du suivi du trait de côte

  • Pleased to meet you” : Les relations transmanches de la Préhistoire à Guillaume le Conquérant.


Au gré des variations climatiques, la Manche a pu être soit une voie de passage soit un obstacle au développement des relations transmanches. L’exposition Pleased to meet you s’intéresse aux échanges culturels, matériels et humains qui ont façonné l’identité du sud de l’Angleterre et de la Normandie, du Paléolithique à Guillaume le Conquérant. Constituée de différents supports visuels et de nombreux objets, elle est accessible à tous publics !

Pour chaque grande période, des sites archéologiques de Normandie ou des îles anglo-normandes vous invitent au voyage dans le passé en essayant de répondre à ces questions :
– quel était le trait de côte et l’aspect du paysage ?
– comment y vivaient les populations ?
– quels échanges économiques, sociaux et culturels y avait-il entre les différentes cultures d’Europe ?

De nombreux objets vous sont présentés : parures, pièces de monnaie, céramiques, vestiges humains ou animaux, outils, armement, objets du quotidien et de prestige… et même des moulages d’empreintes de pas de Néandertal, uniques au monde !
Une collection de maquettes de bateaux permet de visualiser les types d’embarcation utilisées de l’Age du Bronze au haut Moyen Age.

Trois illustrateurs, Jérôme Studer, Benoît Clarys et Laurent Juhel, apportent une note colorée et même humoristique à ces évocations, en complément des photographies de sites.

Prenez le temps de découvrir les vidéos de fouilles, une animation de la tapisserie de Bayeux ou des animations sur les métiers de l’archéologie, réparties dans toute l’exposition.


Un peu de lecture ?:

RIETH Eric.  : Navires et construction navale au Moyen-Age. Archéologie nautique de la Baltique à la Méditerranée, 2016, 352 p. Editions Picard.
Cet ouvrage propose une lecture archéologique de l’histoire de l’architecture navale médiévale. Si les épaves de navires de mer en constituent bien évidemment les premières sources, les autres sources historiques, écrites et iconographiques, ainsi que les sources ethnographiques et expérimentales, sont également prises en compte Dans cet ouvrage, les bateaux médiévaux ont été envisagés en tant que complexes et systèmes techniques mais toujours en relation avec leur contexte historique et géographique. L’objectif est d’aller au-delà de la seule analyse des structures architecturales et de tenter de restituer, à partir de celles-ci, les savoirs et les savoir-faire, les gestes et les pratiques techniques, le « penser » et le « faire », pour retrouver les charpentiers des bateaux du Moyen Age et leur culture technique. Les limites chronologiques sont comprises entre la fin du Ve siècle et la fin du XVe siècle, et correspondent à deux moments historiques forts de transition des techniques de construction navale en Méditerranée et en Atlantique. Les limites géographiques se situent à l’échelle large de l’Europe du Nord et du Sud c’est-à-dire aux espaces nautiques maritimes de l’Atlantique à la Baltique d’une part et du bassin occidental et oriental de la Méditerranée d’autre part. L’auteur aborde notamment la tradition architecturale du clin en Scandinavie et au-delà de la Baltique, la technique de construction des cogues, la « mystérieuse » houlque, la tradition méditerranéenne du franc-bord, ainsi que les différentes transitions architecturales au cours d’un large Moyen Age pour ouvrir une nouvelle réflexion sur dix siècles d’histoire de l’architecture et de la construction navale européenne.

BOUET Pierre. Rollon. Le chef viking qui fonda la Normandie, 2016, 224 p. Editions Tallandier.
Rollon, chef viking, appartient autant à la légende qu à l’histoire. Après avoir lancé de nombreux raids meurtriers sur l’Europe occidentale, il conclut, en 911, un traité de paix avec le roi de France Rollon accepte de cesser ses incursions en échange d’un territoire qui deviendra la Normandie. Rollon fait partie de ces envahisseurs scandinaves qui ébranlèrent l’Empire carolingien, fondé par Charlemagne. À partir des années 870, il participe à la plupart des expéditions de pillage dans la vallée de la Seine et dans le centre du royaume de France. Déterminé à arrêter ces attaques incessantes, le roi Charles le Simple négocie avec Rollon le traité de Saint-Clair-sur-Epte, conclu en 911 entre les Vikings et les Francs, met fi n à plusieurs décennies de troubles violents et constitue l’acte fondateur du futur duché de Normandie. Pierre Bouet nous conte l’étonnante histoire de ce chef de pirates qui a acquis un pouvoir officiel et une autorité légitime sur tous les Vikings présents sur la terre qui lui a été concédée.

RENAUD Jean.  : Vikings. Des premiers raids à la création du Duché de Normandie, 2016, 224 p. Editions Ouest France
L’indispensable synthèse qui permet d’apprécier à sa juste valeur le passé scandinave de la Normandie ! Pendant tout le IVe siècle, les Vikings assaillirent l’Europe et la mirent à feu et à sang. En Normandie, leurs incursions répétées aboutirent à une colonisation des terres que leur concéda, en 911, le roi Charles le Simple par le traité de Saint-Clair-sur-Epte : Rollon, personnage énigmatique, en devenait le premier duc. Cet ouvrage est une évocation claire et circonstanciée des événements, depuis les premiers raids jusqu’aux débuts du duché ; il présente, de façon détaillée, ce qui subsiste de la venue des Vikings. Cette indispensable synthèse permet d’apprécier à sa juste valeur le passé scandinave de la Normandie.


C’est tout pour aujourd’hui,


Jean-Marc YVON
Groupe de Recherches Archéologiques du Cotentin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s